La grippe, la gastro-entérite et la bronchiolite sont les principales infections causées par les virus de l’hiver. Ces trois pathologies touchent des millions de personnes chaque année et ont un fort impact sur les structures de soins pendant l’hiver. L’un des défis de Santé publique France est de réduire le risque de contamination.

Que sont les virus de l’hiver ?

De nombreux virus sont présents en hiver. Les virus respiratoires sont responsables des rhumes, des rhinopharyngites, de la grippe saisonnière, des bronchites et des bronchiolites chez les enfants. Pour leur part, les virus responsables de la gastro-entérite, plus communément appelés “rotavirus” et “norovirus”. Comment ces virus saisonniers sont-ils transmis ?

Les virus de la saison hivernale sont transmis par différents vecteurs :

  • Les gouttelettes infectées par le virus émises lors de la toux, des éternuements (qui restent en suspension dans l’air) ou par les éclaboussures et la salive des personnes infectées par le virus respiratoire.
  • Contact direct entre les mains d’une personne infectée et une autre personne (par exemple en se serrant la main) ou par contact avec des objets (jouets, couettes, tétines, boutons d’ascenseur, couverts, etc.) contaminés par la personne malade.

phagoburn

Quelles sont les conséquences de ces virus sur la santé ?

Les principales maladies virales de l’hiver sont la grippe, la gastro-entérite et la bronchiolite. Chacune de ces infections a sa propre symptomatologie, la grippe se manifestant le plus souvent de façon soudaine par une forte fièvre, des courbatures, des maux de tête, une fatigue intense, un malaise général et des symptômes respiratoires (toux sèche, écoulement nasal). La maladie dure environ une semaine, mais la fatigue se fait souvent sentir pendant trois ou quatre semaines supplémentaires. La toux sèche peut persister pendant une quinzaine de jours.

La grippe est souvent considérée comme une maladie mineure. C’est le plus souvent le cas lorsqu’elle touche des patients jeunes et en excellente santé. Mais la grippe peut être grave, voire mortelle, surtout chez les personnes vulnérables comme les personnes âgées, les personnes atteintes de certaines maladies chroniques, les femmes enceintes, les personnes obèses ou les nourrissons. Des complications peuvent alors survenir, telles que :

  • infection pulmonaire grave (pneumonie virale ou bactérienne) ;
  • exacerbation d’une maladie chronique déjà existante (diabète, bronchopneumopathie chronique obstructive, insuffisance cardiaque, maladie rénale chronique, mucoviscidose, etc.)

La bronchiolite est causée par un virus qui attaque les poumons et provoque un gonflement des bronches (les plus petites bronchioles) chez les enfants de moins de 2 ans. Ce virus est très commun et très contagieux. Les bronchioles des nourrissons sont plus petites que celles des enfants et des adultes. Si un nourrisson attrape le virus, il y a un plus grand risque que le gonflement de ses bronchioles empêche la circulation de l’air. D’autres virus hivernaux, comme le rhume chez l’enfant ou l’adulte, peuvent également provoquer une bronchiolite chez le nourrisson.

La maladie commence généralement par un rhume et une toux, puis l’enfant a des difficultés à respirer et peut avoir des difficultés à boire et à manger. Les quintes de toux sont très fréquentes et peuvent être accompagnées d’une respiration sifflante.

phagoburnLa gastro-entérite est une inflammation du tractus gastro-intestinal, généralement causée par des virus appelés “rotavirus” et “norovirus”. Elle peut provoquer des nausées, une perte d’appétit, des vomissements, des crampes abdominales, des diarrhées sévères (selles molles ou liquides au moins trois fois par jour), une déshydratation, de la fièvre, une grande fatigue et des maux de tête. Ces virus sont courants et très contagieux. Les enfants de moins de 5 ans, en particulier les nourrissons, sont très sensibles à la gastro-entérite : plus l’enfant est jeune, plus le risque de déshydratation (perte d’eau par les selles et les vomissements) est élevé. Les personnes âgées et les personnes atteintes de maladies chroniques sont également plus exposées au risque de déshydratation.